Entreprises
Derniers articles

20/03 à 07:34 Inclusion financière/ ​​Daouda Coulibaly, DG de la SIB " Il faut inventer autre chose"

20/03 à 07:32 Le Chef de l’Etat ivoirien a regagné Abidjan après un séjour en France

20/03 à 07:30 La Ligue Ivoirienne des Secrétaires (LIS se remet au goùut du jour et reclame plus de considération

20/03 à 07:27 Jeux de la Francophonie: La Secrétaire générale de l’OIF en visite officielle en Côte d’Ivoire

20/03 à 07:25 Forum Economique Mondial (WEF) : Le Ministre Abdourahmane CISSE parmi les 100 jeunes leaders

20/03 à 07:23 De passage en France, le président Alassane.O sollicite un appui financier pour son métro

20/03 à 07:18 Justice: Les arrangements entre la Côte d'ivoire et la France ne font pas la loi

20/03 à 07:06 Niger: Une commission parlementaire va enquêter sur l’Uraniumgate

20/03 à 07:03 En Afrique, les grandes villes explosent mais créent peu de richesse

16/03 à 07:30 Paris ouvert à "toutes propositions" lors de la réunion des pays de la zone franc CFA en avril

FMI : Christine Lagarde donne des leçons de développement ?

Sa mission ne se limite pas à la surveillance ou au sauvetage des États membres. Le Fonds les aide aussi à se former et à se doter d’un cadre réglementaire pour mieux maîtriser leur politique économique.

FMI : Christine Lagarde donne des leçons de  développement ?

Le monde entier connaît les deux missions du FMI qui lui ont valu une solide réputation de croque-mitaine : la surveillance de la santé financière, monétaire et économique de ses 189 États membres et le sauvetage des pays en crise, à grand renfort de prêts octroyés en contrepartie de mesures d’austérité et de réformes douloureuses.

On sait moins que le Fonds travaille aussi au « développement des compétences », auquel il voue 332 millions de dollars (310 millions d’euros) par an, soit 27,6 % de son budget total, qui a atteint 1,2 milliard de dollars en 2016. La plus importante partie de cette somme est consacrée à l’Afrique.

Créer un cadre juridique propice

Le FMI aide les pays à améliorer leurs ressources humaines ainsi que leur cadre législatif et réglementaire afin qu’ils puissent mener de « saines politiques économiques », notamment dans les domaines de l’organisation des systèmes fiscaux, de la gestion des ressources et de la dette publiques, de la politique de change, de l’organisation des statistiques, de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

En effet, il est moins dépendant de l’aide étrangère et des fluctuations des cours des matières premières qu’il exporte, deux sources de financement vitales mais aléatoires pour les pays en développement. Enfin, la généralisation progressive des impôts fait peu à peu sortir une économie de l’informel, qui fausse la concurrence et autorise toutes les manipulations.

Lutter contre le blanchiment de capitaux

Le FMI forme les responsables et les agents des impôts pour qu’ils en augmentent l’assiette et en améliorent la perception. Il a travaillé avec l’Administration libérienne des recettes pour éviter un effondrement de la collecte fiscale sous l’effet de l’épidémie d’Ebola, qui paralysait l’économie. Cette précaution a permis, au contraire, une hausse des prélèvements à 19,2 % du PIB, l’un des meilleurs taux de la région.

Dans ses autres domaines d’assistance technique, la démarche du FMI est la même. Sur ses conseils, l’Ouganda s’est doté d’une législation sur la gestion des ressources naturelles en vue de l’exploitation pétrolière du lac Albert, prévoyant un nouveau modèle de contrat de partage-production, l’instauration d’une TVA pour le secteur extractif et le calcul du revenu imposable sur les titulaires des licences pétrolières.

Avec son appui, le Soudan a tellement bien renforcé son cadre institutionnel et juridique pour lutter contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme que le Groupe d’action financière l’a retiré de la liste « grise ». Enfin, suivant ses recommandations, l’Autorité palestinienne a mis en place un système de bureau de crédit en ligne afin de faciliter l’accès au crédit des PME et des particuliers, tout en réduisant le montant de ses créances douteuses.

Ces conseils et ces formations sont dispensés « à domicile », soit par des spécialistes venus de Washington, soit à partir de centres situés à Abidjan, Accra, Beyrouth, Dar es-Salaam, Libreville et Maurice. Et, pour réduire les frais, il a de plus en plus recours à la formation de base en ligne.

Alain Faujas

© 2014 Challengesradio.com 1.0 - Actualité économique de Côte d'Ivoire - Tous droits résérvés.