Entreprises
Derniers articles

20/03 à 07:34 Inclusion financière/ ​​Daouda Coulibaly, DG de la SIB " Il faut inventer autre chose"

20/03 à 07:32 Le Chef de l’Etat ivoirien a regagné Abidjan après un séjour en France

20/03 à 07:30 La Ligue Ivoirienne des Secrétaires (LIS se remet au goùut du jour et reclame plus de considération

20/03 à 07:27 Jeux de la Francophonie: La Secrétaire générale de l’OIF en visite officielle en Côte d’Ivoire

20/03 à 07:25 Forum Economique Mondial (WEF) : Le Ministre Abdourahmane CISSE parmi les 100 jeunes leaders

20/03 à 07:23 De passage en France, le président Alassane.O sollicite un appui financier pour son métro

20/03 à 07:18 Justice: Les arrangements entre la Côte d'ivoire et la France ne font pas la loi

20/03 à 07:06 Niger: Une commission parlementaire va enquêter sur l’Uraniumgate

20/03 à 07:03 En Afrique, les grandes villes explosent mais créent peu de richesse

16/03 à 07:30 Paris ouvert à "toutes propositions" lors de la réunion des pays de la zone franc CFA en avril

Plusieurs pays africains dépassent la barre des 50% de femmes sur le marché du travail

Dans la plupart des pays du monde, 40% des travailleurs sont des travailleuses, selon une étude du Pew research center. Les seuls pays qui dépassent la barre des 50% de femmes sur le marché du travail se trouvent en Afrique subsaharienne

Plusieurs pays africains dépassent la barre des 50% de femmes sur le marché du travail

Les femmes représentent plus de 50% de la main d’oeuvre dans plusieurs pays africains, selon une enquête du Pew Research Center basée sur des données récoltées entre 2010 et 2016. Selon cette étude du centre de statistiques américain, qui se penche sur la part des femmes dans le monde du travail, elles représentent environ 40% de la main-d’oeuvre dans 80 des 114 pays étudiés.

Mais la plus forte concentration de main d’oeuvre féminine se retrouve dans cinq pays, tous situés en Afrique subsaharienne. Il s’agit respectivement du Zimbabwe avec 52,8%, du Malawi (52,2%), de la Gambie (50,8%), du Liberia (50,6%) et de la Tanzanie (50,5%).

Par ailleurs, dans tous les autres pays d’Afrique subsaharienne où les données sont disponibles, les femmes représentent plus de 40% de la main d’oeuvre, que ce soit au Nigeria, à Madagascar, en Éthiopie, en Afrique du Sud, au Gabon ou au Mali.

Travail non déclaré

Seul bémol, pointe le Pew Research Center, dans tous ces pays, les femmes ont plus de probabilité de travailler dans l’économie informelle et donc d’être dépendantes des hommes. Ces métiers, sans régulation officielle, offrent par exemple moins de possibilités d’obtenir des sources de revenus stables et des salaires élevés.

En 2015 déjà, le Bureau international du travail pointait le fait qu’en Afrique subsaharienne, 74% des femmes, contre 61% des hommes, avaient plus de chances d’exercer des métiers mal payés et non-déclarés.

En Algérie, on recense seulement 18% de femmes sur le marché du travail.

Les États avec la plus faible parité se trouvent par ailleurs presque tous en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient. Dans les pays de cette zone, les femmes représentent moins de 35% de la force productive. L’Algérie, où elles ne sont que 18% à avoir intégré le marché du travail, fait ainsi partie des six pays avec le plus mauvais score en la matière : les Territoires palestiniens (20,6%), l’Iran (17,4%), l’Arabie saoudite (16,6%) la Syrie (15,1%) et le Qatar (13,4%).

En dehors de l’Afrique subsaharienne, le seul autre pays où les femmes représentent la moitié ou plus de la main d’oeuvre se trouve en Europe. En Lituanie, elles comptent ainsi pour 50,5% des personnes en activité. À l’échelle globale, la part moyenne des femmes dans le monde du travail se situe aux alentours de 45,5%.

© 2014 Challengesradio.com 1.0 - Actualité économique de Côte d'Ivoire - Tous droits résérvés.