Diasporas
Derniers articles

20/03 à 07:34 Inclusion financière/ ​​Daouda Coulibaly, DG de la SIB " Il faut inventer autre chose"

20/03 à 07:32 Le Chef de l’Etat ivoirien a regagné Abidjan après un séjour en France

20/03 à 07:30 La Ligue Ivoirienne des Secrétaires (LIS se remet au goùut du jour et reclame plus de considération

20/03 à 07:27 Jeux de la Francophonie: La Secrétaire générale de l’OIF en visite officielle en Côte d’Ivoire

20/03 à 07:25 Forum Economique Mondial (WEF) : Le Ministre Abdourahmane CISSE parmi les 100 jeunes leaders

20/03 à 07:23 De passage en France, le président Alassane.O sollicite un appui financier pour son métro

20/03 à 07:18 Justice: Les arrangements entre la Côte d'ivoire et la France ne font pas la loi

20/03 à 07:06 Niger: Une commission parlementaire va enquêter sur l’Uraniumgate

20/03 à 07:03 En Afrique, les grandes villes explosent mais créent peu de richesse

16/03 à 07:30 Paris ouvert à "toutes propositions" lors de la réunion des pays de la zone franc CFA en avril

Le patronat français met l’Afrique au cœur de ses priorités pour 2017

Les responsables du Medef ont présenté devant les journalistes les ambitions et priorités de leur organisation en Afrique pour 2017.

Le patronat français met l’Afrique au cœur de ses priorités pour 2017

“Tant mieux si l’Afrique est une priorité pour certains candidats à la présidentielle, on viendra se rappeler à leur bon souvenir le moment venu”.

Vendredi matin, Patrice Fonlladosa, président du Comité Afrique du Medef, et président Afrique-Moyen-Orient de Veolia, et Philippe Gautier, directeur général du Medef international, n’étaient pas mécontents de l’intrusion du sujet africain dans la campagne présidentielle française ces derniers jours. Ce “grand continent de l’avenir” que l’ancien Premier ministre Manuel Valls candidat à la Primaire de gauche a évoqué cette semaine.

Les deux représentants patronaux ont voulu rappeler devant des journalistes réunis au siège du patronat français à Paris que pour eux aussi il était question de plus s’y investir en 2017.

Alors que l’actuel patron des patrons français Pierre Gattaz n’a foulé le sol du continent pour la première fois qu’en novembre 2015, et que son prédécesseur Laurence Parisot, à entendre Patrice Fonlladosa et Philippe Gautier au siège du Medef, “n’en avait pas fait une préoccupation”, le patronat français compte bien monter en puissance pour promouvoir le secteur privé hexagonal.

L’Afrique a devant elle trente années de croissance forte.

“C’est un enjeu de développement économique urgent, il y a des plafonnements de croissance pour les entreprises en Europe. Or l’Afrique a devant elle trente années de croissance forte”, a expliqué Patrice Fonlladosa.

Le Medef, a fait savoir l’organisation, a ainsi organisé 55 réunions avec les acteurs économiques africains en 2016 à Paris comme sur le continent, contre 39 en 2015. De même le mouvement a-t-il reçu 14 chefs d’État africains et a réactivé la quarantaine d’accords qui le liaient avec les patronats des pays subsahariens.

Sous l’impulsion entre autres de Michel Roussin, ancien ministre français de la Coopération et vice-président du Medef international, Pierre Gattaz s’y est rendu quatre fois en 2016. Il a conduit 70 chefs d’entreprises français les 12 et 13 janvier derniers au forum économique de Bamako, en amont du sommet Afrique – France.

D’ailleurs le Medef multipliera les missions de travail sur le continent cette année. Soudan, Zimbabwe, Angola, Ouganda et Côte d’Ivoire en février, Sénégal en mars, Bénin en avril, Cameroun, Niger en mai, avant de se rendre en Afrique de l’Est au second semestre.

Digital, entrepreneuriat et transition climatique

En mettant plus particulièrement l’accent sur trois secteurs : le digital, entrepreneuriat et la transition climatique. Des visites sectorielles seront également organisées autour des thématiques de la “ville durable” et de l’agroalimentaire.

“Nombre de pays africains comptent développer leur autonomie alimentaire, or nous avons en France un secteur agroalimentaire très puissant qui a les moyens d’investir à long terme et qui a un vrai savoir-faire exportable”, a assuré Patrice Fonlladosa.

Constatant que beaucoup d’affaires sont réalisées par ce type d’acteurs, le Medef veut aussi jouer un rôle moteur pour les start-up en Afrique et pousser par ailleurs à la labellisation des formations professionnalisantes.

Toutefois, les responsables de l’organisation ont dit regretter les délais trop longs des fonds d’aide extérieure de l’Union Européenne (Fonds Européens de Développement) pour soutenir les entreprises souhaitant s’implanter sur le continent, et leur dotation encore trop faible.

Rémy Darras

© 2014 Challengesradio.com 1.0 - Actualité économique de Côte d'Ivoire - Tous droits résérvés.