Le mond-Eco
Derniers articles

20/03 à 07:34 Inclusion financière/ ​​Daouda Coulibaly, DG de la SIB " Il faut inventer autre chose"

20/03 à 07:32 Le Chef de l’Etat ivoirien a regagné Abidjan après un séjour en France

20/03 à 07:30 La Ligue Ivoirienne des Secrétaires (LIS se remet au goùut du jour et reclame plus de considération

20/03 à 07:27 Jeux de la Francophonie: La Secrétaire générale de l’OIF en visite officielle en Côte d’Ivoire

20/03 à 07:25 Forum Economique Mondial (WEF) : Le Ministre Abdourahmane CISSE parmi les 100 jeunes leaders

20/03 à 07:23 De passage en France, le président Alassane.O sollicite un appui financier pour son métro

20/03 à 07:18 Justice: Les arrangements entre la Côte d'ivoire et la France ne font pas la loi

20/03 à 07:06 Niger: Une commission parlementaire va enquêter sur l’Uraniumgate

20/03 à 07:03 En Afrique, les grandes villes explosent mais créent peu de richesse

16/03 à 07:30 Paris ouvert à "toutes propositions" lors de la réunion des pays de la zone franc CFA en avril

Mamamdou Coulibaly, économiste et président du LIDER se dresse contre le FCFA

La sortie des pays africains de la zone monétaire du Franc CFA n'est plus « une option pour eux. Mais, une nécessité vitale, logique et historique», a affirmé, samedi à Abidjan, l’opposant ivoirien Mamadou Koulibaly, président de Liberté et démocratie pour la République ( Lider) .

Mamamdou Coulibaly, économiste et président du LIDER se dresse contre le FCFA

Invité de la deuxième ''journée mondiale'' de sensibilisation contre la monnaie coloniale (FCFA) initiée par l'ONG «urgence panafricaniste», Mamadou Koulibaly a entretenu l'auditoire autour du thème: « Sortir du franc CFA et créer une nouvelle monnaie: principes et conditions».

Pour lui, la décolonisation de la zone monétaire ne « signifie pas qu'on sera malheureux», expliquant que la zone franc ne défend essentiellement que les intérêts de la France. «Il y a eu une douzaine de dévaluations du franc français jusqu'à la création de l'Euro en 1999. Mais rien ne change pour le franc CFA. C'est totalement arbitraire», s'est-il offusqué. 

Comparant la qualité de vie et l'indice de pauvreté dans les pays africains sortis de la zone franc comme le Maroc, l'Algérie la Tunisie à celui des pays africains restés dans la zone franc, M. Koulibaly a estimé que les premiers cités sont mieux logés que les seconds.

« Pourquoi selon les statistiques, les bailleurs de fonds investissent majoritairement dans les pays africains hors de la zone franc si tant est que c'est notre zone qui est bien organisée ? », s'est interrogé le Professeur d’université.

Relativement aux conditions et aux principes de sortie du franc CFA, le conférencier a indiqué que les textes fondateurs de la zone franc le prévoient notamment, le pacte colonial, le traité de l'Union économique et monétaire ouest africaine... « Ce sont les chefs d'Etats qui peuvent dénoncer et impulser la sortie du franc CFA. Si vous voulez sortir de la zone franc donc, mettez au pouvoir des présidents qui veulent qu'on sorte de cette servitude monétaire», a-t-il encouragé.

Toutefois, en dépit de cette grande responsabilité des chefs d'États dans la sortie de la zone franc, Mamadou Koulibaly a invité les uns et les autres à dépolitiser cette lutte contre la monnaie coloniale. « Ce ne sont pas les Français qui sont le problème, c'est nous-mêmes. Pour réussir la sortie, il faut laisser la haine contre la France. Il ne faut pas avoir peur du changement. Il faut plutôt sensibiliser les populations et les partis politiques et rompre avec le nationalisme étriqué », a conseillé M. Koulibaly.

Plus de 25 pays dans le monde, notamment en Afrique ont prononcé ce samedi, une conférence pour dénoncer la monnaie coloniale CFA à l'initiative de l'ONG «Urgence panafricaniste » présidée par M. Kimi Seba, selon le responsable de l'antenne Côte d'ivoire de ladite ONG, Timi N'Guessan. La zone monétaire du franc CFA a 78 ans, quand la monnaie elle-même existe il y a 71 ans.
 

© 2014 Challengesradio.com 1.0 - Actualité économique de Côte d'Ivoire - Tous droits résérvés.