Le mond-Eco
Derniers articles

20/03 à 07:34 Inclusion financière/ ​​Daouda Coulibaly, DG de la SIB " Il faut inventer autre chose"

20/03 à 07:32 Le Chef de l’Etat ivoirien a regagné Abidjan après un séjour en France

20/03 à 07:30 La Ligue Ivoirienne des Secrétaires (LIS se remet au goùut du jour et reclame plus de considération

20/03 à 07:27 Jeux de la Francophonie: La Secrétaire générale de l’OIF en visite officielle en Côte d’Ivoire

20/03 à 07:25 Forum Economique Mondial (WEF) : Le Ministre Abdourahmane CISSE parmi les 100 jeunes leaders

20/03 à 07:23 De passage en France, le président Alassane.O sollicite un appui financier pour son métro

20/03 à 07:18 Justice: Les arrangements entre la Côte d'ivoire et la France ne font pas la loi

20/03 à 07:06 Niger: Une commission parlementaire va enquêter sur l’Uraniumgate

20/03 à 07:03 En Afrique, les grandes villes explosent mais créent peu de richesse

16/03 à 07:30 Paris ouvert à "toutes propositions" lors de la réunion des pays de la zone franc CFA en avril

Mines: La grande Chine à la conquête du continent africain

Fusions-acquisitions, rachats et participations massives dans des projets d’exploitation… Pékin exhorte les groupes miniers à renforcer leurs positions en Afrique pour assurer son approvisionnement en métaux.

Mines: La grande Chine à la conquête du continent africain

Détenue majoritairement par l’État chinois, affichant, selon Fortune, un chiffre d’affaires en 2015 de 32 milliards de dollars (29 milliards d’euros), le mastodonte, qui emploie 91 000 salariés n’était pas à l’origine un spécialiste de l’extraction. « On le surnomme le “Glencore chinois” car, à l’instar de son concurrent suisse, le groupe était d’abord présent dans le négoce, approvisionnant en minerais la plupart des industriels en Chine », indique Magnus Ericsson.

La société actuelle, basée à Pékin, et présidée par He Wenbo depuis 2015, a acquis il y a quelques mois l’un de ses principaux clients, le minier et métallurgiste China Metallurgical Group Corporation (MCC). L’ensemble dispose de mines sur tout le territoire chinois, principalement de fer, d’or, de molybdène, de tungstène, d’or et de terres rares, et est aussi l’un des plus expérimentés à l’étranger du fait de ses nombreux bureaux de négoce, implantés dans 40 pays.

Toujours à l’affût

C’est depuis l’Australie que ses opérations internationales sont pilotées, avec une filiale cotée à la bourse de Sydney – MMG (MinMetals group) –, dont le siège est à Melbourne avec un encadrement australo-chinois. Dans la filière cuivre, intéressé d’abord par la Zambie – MinMetals avait envisagé en 2011 de racheter l’exploitant Equinox Minerals, installé à Lusaka –, mais il s’est finalement rabattu sur la RD Congo en acquérant, en 2012, Anvil Mining, une société canadienne qui exploite le gisement de cuivre de Kinsevere au Katanga. La mine extrait depuis 2014 environ 70 000 tonnes par an.

Le groupe a également pris des parts dans une mine sud-africaine de chrome et s’est dit récemment toujours à l’affût d’opportunités dans le cuivre en Afrique et en Amérique du sud. En 2013, le PD-G d’alors, Zhou Zhongshu, s’était rendu en Afrique du sud, en Zambie et en RD Congo. À travers MMG, China Minmetals peut se prévaloir de la plus grosse acquisition minière chinoise à l’étranger : celle du gisement péruvien de cuivre de Las Bambas acheté à Glencore en 2014 et entré en service en 2015.

Christophe Le Bec

© 2014 Challengesradio.com 1.0 - Actualité économique de Côte d'Ivoire - Tous droits résérvés.